La Gare de LUXEMBOURG

“La photo est une façon intime de vivre et regarder le monde, de donner une signification et une dignité aux choses et aux personnes qui vivent sur cette planète”. Cette phrase aperçue il y a des années sur un site de photo a, en quelque sorte, défini qui je suis aujourd’hui.

Cette quête parfois proche de l’obsession de réussir à raconter une histoire au travers de l’image m’a mené à me joindre à mon frère pour lancer le projet le plus ambitieux que nous ayons élaboré : « Le Luxembourg au travers de notre objectif ».

L’idée de documenter dans le détail un petit pays et constituer une archive documentaire qui deviendrait une référence nous à fait perdre le sommeil. Mais nous y sommes arrivés : ce premier article et une série de capsules documentaires audiovisuelles que nous diffuserons dans les prochains mois sont le fondement de notre vision, de notre volonté de partager notre vision du monde.

Là où ça se passe

En plein milieu du quartier de la Gare, les mains et les oreilles quasi gelées, les obturateurs se mettent au travail et enregistrent dans le détail le quotidien d’un des quartiers les plus densément peuplés du pays.

Entre les clics, notre journée chemine dans le quartier le plus animé et international du pays où vivent plus de 11.000 habitants, étrangers pour la plupart. La plus importante concentration de commerces et la grande affluence facilitent notre tâche de photographier l’ambiance du Grand-Duché, et nous sommes ici témoins de son caractère international.

Quand on photographie une ville ou un village, il est essentiel de capturer des fragments d’âme, car c’est la présence humaine qui fait vivre l’espace, et c’est le défi du photographe de la trouver et de la mettre en image.

Nous autres photographes sommes une espèce de chasseurs de scènes, de traqueurs qui se mêlent à leur environnement et l’exposent de façon subjective, nous nous faisons témoins, impliqués dans l’action et distants assez pour pouvoir la capturer de façon unique et particulière.

La quête du photographe est d’emmener le spectateur avec lui sur les lieux au travers de l’image, un voyage visuel pour l’instant photographique. D’une certaine manière, le photographe est toujours accompagné par le spectateur puisque c’est ce dernier qui donne l’approbation finale. Le cercle communicationnel ne peut être complet sans que la photo ne soit vue par le public.

Avec « Le Luxembourg au travers de notre objectif », nous voulons promouvoir la passion du voyage par la photo et la vidéo; inspirer, grâce à notre expérience, à l’exploration de la beauté et de la diversité du monde.

Nous voulons raconter des histoires visuelles de personnes, de paysages urbains et de traditions, célébrer, en quelque sorte, l’Humain et son œuvre en utilisant l’image comme mode d’intégration entre l’Homme et son environnement.

« Le Luxembourg au travers de notre objectif » est le début d’un projet visant à connecter émotionnellement personnes et lieux afin que quiconque regarde notre œuvre documentaire puisse voyager au travers de notre objectif.

« Diversité » est le mot qui défini au mieux le quartier de la Gare

Un lieu de rencontres, le portail de l’Europe.

Nous commençons notre projet documentaire « Luxembourg au travers de notre objectif » à la Gare, le quartier de l’interconnection, comme nous avons décidé de l’appeler.  Nous voulons exprimer ainsi le fait que c’est là que commence l’histoire de nombreuses personnes qui arrivent au Luxembourg et décident de l’explorer.

Et pour parler Histoire, parlons donc de la Gare Centrale, la principale gare ferroviaire de la ville de Luxembourg, opérée par la compagnie d’État, la Société Nationale des Chemins de Fer Luxembourgeois, fondée en 1856 avec pour objectif de connecter la mer du Nord, les Alpes et la Méditerranée.

Cette petite perle architecturale, qui a récemment été restaurée et agrandie, voit passer chaque jour 170 nationalités différentes.

Nous nous trouvons ensuite aux Rotondes, deux édifices circulaires qui, comme la Gare Centrale, furent construits au 19ème siècle et on fait l’objet de nombreux plans de réaménagement jusqu’à ce qu’ils deviennent finalement l’un des principaux centres culturels du pays.

En plus d’être l’un des plus petits quartiers du pays, le quartier de la Gare est parmi les plus peuplés. Son importante concentration de commerces et sa multiculturalité font que l’ambiance y est bien plus animée que dans le reste du pays.

Aux alentours de la Gare Centrale, résidents et voyageurs peuvent trouver supermarchés, magasins de vêtements, cafés, restaurants et bien d’autres commerces, pour la plupart situés dans de beaux bâtiments du 19ème.

Le quartier comprend aussi le secteur de la Pétrusse, une vallée  profonde où de nombreux résidents se rendent pour pratiquer leurs activités à l’air libre. Traversé par un petit cours d’eau, la Pétrusse, le parc est riche d’une végétation verdoyante et de chemins pittoresques, offrant au visiteur l’impression d’une oasis au milieu du chaos urbain.

Le quartier de la Gare est aussi un quartier où habitent 11.000 personnes, dont 80 % sont étrangers, ce qui en fait l’un des quartiers les plus internationaux du pays.

C’est ici que le caractère international de cette étonnante monarchie européenne se met en évidence, un pays davantage connu pour son secteur financier et sa qualité de vie exceptionnelle.

Équipe de travail

  • Direction:
  • VidĂ©o et montage:
  • Photographie et Ă©criture:
  • Traduction française:
  • Traduction en anglais:
  • Consultant:
  • Collaborateurs:
  • Frères Passariello.
  • Clemente Passariello.
  • Fabian Passariello.
  • Antoine Lemaire.
  • Raul Zambrano.
  • Tom Mahnen.
  • Daniel Cáceres.
  • Luis De San MartĂ­n.
  • Nelson Reinoso.
Licencia de Creative Commons
Le Luxembourg au travers de notre objectif by Clemente Passariello is licensed under a Creative Commons Reconocimiento-NoComercial-SinObraDerivada 4.0 Internacional License.
Creado a partir de la obra en https://www.clempass.com.